Bloc-notes
Math Lycée
Info Lycée
Menu contextuel
Exercices Python pour la spécialité ISN
[RMB671]

1. Entrée et sortie standard [TTD746]

Un programme peut se connecter à des sources d'information (fichier, réseau, joystick, accéléromètre, capteur d'ultra son, caméra, etc). Ce sont les périphériques d'entrée. Chaque programme est connecté automatiquement à une entrée particulière que l'on nomme l'entrée standard. Les informations lues sur l'entrée standard correspondent aux caractères tapés au clavier par l'utilisateur.

En Python 2 l'instruction qui permet de lire l'entrée standard est « texte = raw_input() ». La variable « texte » contient alors tous les caractères tapés avant le retour à la ligne (touche Entrée). Le caractère retour à ligne n'est pas inclu dans « texte ».

En Python 3 l'instruction est « texte = input() ». Elle se comporte exactement de la même façon.

Un programme peut aussi se connecter à des périphériques de sortie (fichier, réseau, imprimante, servo-moteur d'un robot, haut-parleur, écran, etc). Chaque programme est connecté automatiquement à une sortie particulière appelée sortie standard. Lorsque l'on exécute un programme dans un terminal la sortie standard est l'écran de ce terminal.

En Python 2 l'instruction qui permet d'écrire sur la sortie standard est « print texte ». A priori « texte » est une chaine de caractères. Toutefois la commande « print » est « intelligente » : elle peut convertir « texte » en une chaine de caractères si ce n'est pas le cas.

En Python 3 la syntaxe est un peu différente. Il faut obligatoirement mettre des parenthèses : « print(texte) ».
1.
Lire un texte sur l'entrée standard et l'écrire à l'envers sur la sortie standard.
2.
Lire un texte sur l'entrée standard, vérifier qu'il s'agit d'un nombre entier pair et écrire la moitié du nombre sur la sortie standard.
3.
Lire des entiers un à un sur l'entrée standard jusqu'à lire l'entier 0, puis écrire la moyenne de ces entiers sur la sortie standard.
4.
Lire des entiers un à un sur l'entrée standard jusqu'à lire l'entier 0, puis écrire ces entiers dans l'ordre croissant sur la sortie standard.
5.
Lire un entier sur l'entrée standard puis écrire « premier » sur la sortie standard si l'entier est un nombre premier ou écrire « non premier » s'il ne l'est pas.

2. Générer du pseudo-hasard [CBP191]

Les machines informatiques ont un comportement déterministe. La même information en entrée produit toujours la même information en sortie. Il est cependant possible de simuler le hasard. Cet exercice en est un exemple.

On considère la fonction qui à tout nombre $x$ fait correspondre le nombre
$\begin{eqnarray}f(x)=4x(1-x).\end{eqnarray}$

Choisissons un nombre $u\in\left]\,0\,;1\right[$. Il est facile pour un lycéen de terminale S de prouver que $f(u)$ appartient aussi à l'intervalle $\left]\,0\,;1\right[$. On peut donc appliquer à nouveau la fonction $f$ à $f(u)$ et obtenir ainsi $f(f(u))$. En poursuivant ainsi on obtient une suite de nombres qui sont tous compris entre 0 et 1.
(a)
Construisez un programme qui lit un nombre entre 0 et 1 sur l'entrée standard et qui écrit sur la sortie standard la suite des 100 premiers nombres générés par le processus décrit ci-dessus.
(b)
Écrire une fonction Python qui renvoie un entier pseudo-aléatoire entre 1 et 6.

3. Le mot le plus long [YHK208]

Le joueur obtient neuf lettres choisies au hasard par le programme. Pour chacune des lettres le joueur décide seulement s'il souhaite une voyelle ou une consonne. Le joueur cherche alors à former le mot le plus long possible avec ces neuf lettres. Le programme vérifie si le mot proposé est dans le dictionnaire.

Téléchargez le dictionnaire puis décompressez le.

Écrivez un programme de jeu selon le modèle ci-dessous :
  1. Répéter neuf fois les étapes 2 à 4
    • Lire l'entrée standard
    • Si le texte est « v » ou « V » alors choisir une voyelle au hasard sinon choisir une consonne au hasard et l'écrire sur la sortie standard
    • Écrire la lettre choisie sur la sortie standard
  2. Écrire les neufs lettres en les séparant par des espaces
  3. Lire la réponse proposée par l'utilisateur sur l'entrée standard
  4. Vérifier l'existence du mot dans le dictionnaire
  5. Si le mot existe écrire sa longueur sur l'entrée standard sinon écrire « ce mot n'existe pas »



Denis Pinsard -- Mis à jour le mardi 16 octobre 2012

Infos site
Visites

 0 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Calendrier
^ Haut ^